Comment se débarrasser d'une obsession, à Paris 75010

Retour

Comment se débarrasser d'une obsession, à Paris 75010

Comment se débarrasser d'une obsession, à Paris 75010

 

Il suffit d’une personne, un événement, une chose que vous avez faite (ou pas faite justement) pour semer le trouble dans votre esprit.

Une obsession est une pensée, ou une image qui s’introduit dans notre esprit, élit domicile en nous et ne nous quitte plus. Le souci de ce genre de pensées, c’est que la plupart du temps, c’est une pensée que nous-même jugeons, rarement positivement (pour ne pas dire jamais) sinon l’obsession n’aurait pas lieu d’être.

 

Elle témoigne du fait que nous pouvons être inconsciemment très sévères envers nous-mêmes, voire cruel. Un détail auquel nous attachons une trop grande importance va suffire pour que nous commencions à ruminer. Lorsque nous ruminons, nous ressassons les moindres détails de l’événement qui est à l’origine de notre obsession (si vous voulez en savoir plus à ce sujet, vous pouvez lire notre article sur la rumination mentale).

 

Une fois que la rumination commence, il est très dur de s’en défaire, et chaque détail est passé au peigne fin. Vous vous rappelez de ce que vous avez dit, de ce que vous avez fait, de ce que l’autre a fait s’il s’agit d’un moment passé en compagnie. Mais cela ne s’arrête pas là, ce serait trop simple pour notre esprit ! Étant donné que nous ressassons, nous avons un regard critique sur la scène, nous nous revoyons tout faire et dire, nous analysons nos actes, et, étrangement, on retrouve toujours quelque chose à redire dans ce genre de situation, sinon, notre pensée ne s’obstinerait pas à ruminer. La rumination est emprunte de doute, de remise en question, et peut même déconstruire l’identité d’un individu si la rumination est poussée à l’extrême, du moins, l’image qu’il s’en fait. Ainsi, il peut arriver qu’une scène de notre vie se déroule incessamment dans notre esprit, en soulevant en même temps une vague de questionnements sur la situation, puis sur nous-mêmes.

 

Le problème est que la personne va concentrer toute son attention, son temps sur l’objet de son obsession, en négligeant le reste. Une personne par exemple qui est obsédée par son travail va, une fois rentré chez lui ne penser qu’à ça, à ce qu’il a à faire, va faire le lendemain, aux résultats qu’il doit fournir, à la possible évolution de sa carrière et certains même continuent de travailler une fois rentré. Ce phénomène renferme l’individu sur lui-même.

 

Pareil pour quelqu’un qui va porter son obsession sur une personne. Admettons qu’elle soit à un moment crucial de la relation, où elle a la possibilité de faire chavirer la relation d’amitié à plus en lui donnant un élan nouveau, un second souffle. Si elle est en même temps obsédée de l’autre (même si ce terme, à tord véhicule un symbole très négatif de perversion, ici, il faut l’entendre dans le sens de la compulsion, de l’insistance idéative). Dans ce genre de situation, la personne, quand elle va être amenée à voir l’autre va ruminer avant le rendez-vous, ainsi qu’après, eh oui, il ne faut pas oublier la définition primaire d’une obsession, qui est que l’on y pense sans cesse. Donc, lors de l’après, la personne va revivre la scène en analysant son comportement, celui de l’autre, et ne plus penser qu’au dernier moment passé.

 

Dans une situation un peu similaire, mais où là, la relation entre deux individus est déjà avancée (échanges de baisers, discussion à cœur ouvert, sans qu’il y ait encore une concrète relation amoureuse), l’individu atteint par son trouble de la pensée, va se remémorer les bons moments qu’il a vécu avec l’autre, les instants qui ont été des moments de satisfaction pour lui et se les rejouer, encore et encore dans sa tête.

 

Il est toujours agréable de revoir des moments que nous avons vécu qui nous ont procuré du plaisir, de la joie et d’autres sentiments purement positifs. Vous ne voyez pas en quoi faire cela est une chose négative, ou dangereuse pour une personne atteinte d’obsessions, mais nous y parvenons. À force de trop se les rejouer, la personne va commencer à imaginer des suites, des choses qu’il aurait voulu voir se produire (ce n’est pas récurent, chaque personne est différente).

C’est là qu’il y a danger parce que si l’obsession est accompagnée de rêveries, la personne a encore plus de mal à se défaire de la personne dont elle est obsédée. Il est vrai qu’imaginer des scènes que nous voudrions être réelles est jubilatoire, offre une satisfaction complète, mais momentanée et surtout, irréelle. Notre imagination sera ravie, en revanche, notre rapport à la réalité appréciera peut-être moins que nous ressassions des événements que nous n’avons pas vécu. Nous pouvons appliquer ce phénomène à l’exemple du travail, et à n’importe quel autre exemple, une obsession peut nous faire imaginer ce que nous désirons d’elle, et mettre tout ça en images fictives.

 

Si une obsession devient étouffante, elle empêche l’être d’avancer dans sa vie, il stagne sur l’objet ou la personne en question, ne pense qu’à ça et va donc négliger le reste de sa vie, qu’il ne fera pas avancer par conséquent. Lorsque nous nous rendons compte qu’une pensée obsède notre esprit, et qu’à force, cette pensée nous nuit, il faut agir. Le remède miracle ? Il n’y en a pas. Seule la psychanalyse peut venir à bout du fonctionnement obsessionnel de manière durable. Mais ce n’est pas magique, c’est un travail. Certes, vous nous direz qu’une psychanalyse demande beaucoup de temps et d’efforts, mais une obsession ne peut pas s’éradiquer en un claquement de doigts, nous en aurions entendu parler !

Même si certains thérapeutes à Paris ou ailleurs proposent des solutions brèves (Tcc, sophrologie, hypnose), on se rend compte que ces traitements ne liquident pas l’obsession, ils la déplacent sur un autre objet idéatif.

 

Avec la psychanalyse, à savoir la méthode des libres associations, le patient et le psychanalysant vont accéder à certaines pensées inconscientes et refoulées qui vont leur permettre de dénouer le nœud à l’origine de l’obsession. Car non, une obsession ne nait pas comme ça, naturellement ou par l’action du saint esprit. Une obsession est un symptôme, significatif de l’insistance de pensées refoulées qui se répètent inlassablement.

Pour que la personne puisse se libérer de ses obsessions, elle va devoir régler le problème à la racine, et seul l’accès à ses pensées inconscientes grâce aux libres associations pourra lui permettre d’y parvenir.

Ainsi, la personne sortira de sa cure avec une nouvelle vision de sa vie, et oubliera totalement son obsession et mieux, elle n’en aura plus, le problème de base étant résolu, plus besoin pour notre psychisme de trouver un nouvel objet sur lequel former son obsession.

Si vous êtes vous aussi touché par une quelconque obsession, que vous voulez vous en débarasser et que vous vivez en région parisienne, vous trouverez un grand nombre de professionnels qui seront à même de vous aider dans votre volonté de vous débarasser de vos obsessions.

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment se débarrasser d'une obsession, à Paris 75010

Contactez-nous