Faire une psychothérapie pour le Burn-out, à Paris 75009

Retour

Faire une psychothérapie pour le Burn-out, à Paris 75009

Faire une psychothérapie pour le Burn-out, à Paris 75009

 

 

Dans ce présent article, nous allons évoquer ce phénomène récent qu'est le burnout ainsi que la manière dont il peut être pris en charge par une psychothérapie avec psychanalyste.

Dans notre société industrialisée, des changements drastiques ont bouleversé le monde du travail. Ce dernier est devenu de plus en plus exigeant en terme d'énergie et de contrainte. Étant joignable à tout instant, les frontières entre vie publique, privée et professionnelle sont de plus en plus minces. Face à cet enchaînement de rythme parfois frénétique, il peut être compliqué de s'adapter. Le stress qu'engendre le travail dans nos sociétés industrialisées a fait naître, ou reconnaître, un phénomène dont l'ampleur ne fait que croître : le Burn-out.

La France fait partie des 3 pays où l'on dénombre le plus de dépressions. (INRS 2010)

Paris est une ville où l'on vit parfois à 200 à l'heure, les rythmes de travail sont soumis plus qu’ailleurs à la pression du chiffre et à la culture de l'urgence. Dans cette capitale, on dénombre de plus en plus de cas de burn-out et de dépression.

 

Cependant, tout le monde parle du burn out, mais quelle réalité se cache derrière ce mot ?

 

Le terme  burn-out est un anglicisme ayant été introduit dans la fin des années 60 par Harold B Bradley. Il caractérise un syndrome d'épuisement professionnel. A son origine, il était spécifique aux personnes, dites aidantes, qui avait une pratique professionnel dans laquelle les contacts sociaux étaient omniprésent.

Les perspectives ouvertes par les recherches qui en ont découlé ont invalidé cette pensée. N'importe quel travailleur peut subir les effets du burn-out bien qu'il ne soit pas reconnu comme un trouble selon le DSM (manuel américain souvent utilisé par les psychiatres pour classifier les troubles). Il n'existe donc pas de définition consensuelle afin d'en établir un diagnostique et le choix de le mettre en rapport avec le travail est purement arbitraire et non phénoménologique.

 

Il est parfois compliqué de mettre en lumière les éléments provoquant ce syndrome. La valeur du stress dans cet ensemble de symptôme est essentielle mais chaque personne est différente et les stades à partir desquels la pression n'est plus surmontable diffèrent donc pour chaque individu. Notons que l'angoisse en soi n'est pas délétère et qu'elle possède une valeur adaptative indéniable, le problème survient lorsqu'elle se présente en excès.

 

Qui sont les personnes souffrant d'un burn-out à Paris 9ème et partout ailleurs ?

 

Ce terme qualifiant un état d'abattement et de frustration en rapport au travail nécessite que l'on soit investi dans ce dernier. En effet, afin d'être désabusé, il faut au préalable avoir espéré.

Ainsi, il touche bien souvent les personnes qui souffrent de perfectionnisme et qui se mettent ainsi une pression phénoménale pour satisfaire une exigence tyrannique qu’ils ont envers eux-mêmes. Parfois, la tyrannie est incarnée par un supérieur hiérarchique mais l’on remarque que de nombreux cas de burn out sont déclenché par l’excès d’exigence et de contrainte que s’inflige le patient lui-même, bien souvent dans une quête de reconnaissance associée à un désir d’exploit, tout du moins de perfection.

Le burn-out peut être considéré un excès de pression infligé à son corps par une focalisation de la pensée sur un élément spécifique, sur une attente de performance qui confine à l’impossible. Infligé par le supérieur ou par la personne elle-même, l’attente impossible entraine un grand sentiment de frustration qui peut alors affecter l’ensemble de la vie psychique.

Lorsque le rythme est trop soutenu et que les pressions (internes et/ou externe) deviennent trop grandes, il y a alors une rupture dans l’équilibre du fonctionnement psychique. La problématique du burn-out peut alors se rapprocher de celle de la dépression par l'absence totale de motivation. Ces principales caractéristiques sont : l'épuisement émotionnel, la dépersonnalisation, la baisse d'estime de soi et la frustration.

Le burn-out présente des manifestations physiologique suite au dysfonctionnement de l’appareil psychique: épuisement, affaiblissement du système immunitaire, migraine, problème digestif et insomnie.

Ces manifestations physiologiques sont également couplées à des manifestations comportementales : difficulté à gérer ses émotions, sensibilité aux tensions exacerbées, perte d'énergie

Ces manifestations sont le témoin du conflit intrapsychique de l’être.

Il existe différents types de stratégies afin de résister à la pression (interne et/ou externe) au travail. Certains s'investissent d'une manière encore plus intense, ils agissent à la manière des contraphobiques qui s'exposent volontairement à l'objet de leur peur. Cette stratégie consiste à tenter de reprendre le contrôle et à essayer d'améliorer les choses par un surinvestissement de la sphère professionnelle, au détriment bien souvent de sa vie privée. D'autres utilisent la fuite, évitant le travail, multipliant les arrêts maladies, s'isolant, consommant des médicaments, des drogues, de l'alcool et en évitant tout contact avec les collèges de travail.

 

Une des propositions de Herbert Freudenberger, ayant mené les premières études sur le burnout, propose qu'une idée de soi trop élevé serait le terrain sur lequel se développe le burn-out. Il provoquerait une rupture avec le vrai soi. Il s'appuie ainsi sur la métapsychologie freudienne, notamment sur son articulation du surmoi en tant qu'il juge l'écart entre le moi et l'idéal du moi.

Les personnes voulant accomplir des performances extraordinaires ne prendraient plus en compte leur capacité réelle et seraient donc poussé à se surmener, certains auteurs surnomment même le burn-out ''la maladie du battant''. Lorsque l'investissement n'est pas récompensé, que les résultats ne sont pas ceux escomptés, il y a alors burn-out. Certes, mais cette définition est insuffisante et n’offre aucune solution de traitement à long terme.

 

Cliniquement, nous nous rendons compte que les patients qui souffrent de burn out souffrent au contraire d’un manque d’estime pour eux-mêmes. Il ne s’agit pas d’une idée de soi consciente trop élevée mais de l’attente d’un idéal impossible à atteindre, d’un désir de reconnaissance et de perfection qui entraine l’être dans une logique de l’exploit et qui le rends susceptible à toute remarque qui le met en défaut.

Nous retrouvons là d’avantage le tableau clinique de la névrose obsessionnel, bien plus précieux pour les cliniciens pour savoir comment opérer avec les outils de la psychanalyse, pour dégonfler cette exigence tyrannique de l’appareil psychique qui écrase l’être sous le poids de contraintes qu’il s’impose à lui-même.

 

Comment trouver une psychothérapie, à Paris ou ailleurs, pour le burnout ?

 

Le burn-out plonge la personne dans une dynamique ou le changement parait impossible. Nous allons exposer dans cet article en quoi la psychothérapie avec psychanalyste peut aider à traiter le burn-out.

 

Un consensus a pris place dans les années 2000 et propose que l'origine du syndrome est l'épuisement émotionnel et se produit généralement en 3 phases : la résistance, la rupture et l'épuisement.

Mais nous restons ici à une conception phénoménologique du trouble sur lesquelles se base un grand nombre de psychothérapie qui ne permettent pas de régler véritablement le conflit psychique, présent bien souvent avant les manifestations pathologiques du burn out.

 

L’épuisement que l’on peut observer est la conséquence d’un investissement de l'énergie psychique inapproprié.

La dimension que prend le fantasme dans cette pathologie est extrêmement importante. Cette problématique est celle des désirs de l'individu face au réel selon Freudenberger. Il s’appuie ainsi sur les travaux de Freud et notamment ceux de Jacques Lacan qui a su le mieux dégager la problématique du désir et de l’imaginaire, notamment dans la névrose obsessionnelle.

 

 

Grâce à la méthode des libres associations, la cure psychanalytique va permettre de réorienter l’énergie psychique afin de fluidifier le lien entre les différentes instances psychiques.

 

Le problème de gratification, également, est essentiel lors du burn-out. La cure va permettre au patient et au psychanalysant d'interroger le rapport qu’il nourri au regard de l'autre, au désir inconscient qui motive ce sur-investissement du milieu du travail.

 

Le travail se situe en effet dans une dynamique bien plus large que le simple exercice professionnel. Il nous permet, dans le meilleur des cas, d’éprouver du plaisir mais il est également un moyen de nous définir en tant qu'individu et de nous situer dans un certain rapport à notre propre existence.

 

La psychothérapie avec psychanalyste ou la psychanalyse, grâce aux libres associations, va petit à petit mettre en lumière le désir inconscient qui se traduit dans les difficultés que l’être rencontre dans son travail. En interrogeant la fonction que prend pour celui-ci son surinvestissement de certaines pensées liées au travail, le patient puis le psychanalysant va découvrir un savoir sur lui-même qui lui permettra de réinvestir son énergie psychique selon la voie de son désir et non dans une quête vaine et effrénée d’une reconnaissance de l’autre.

Dégagé de son rapport tyrannique à lui-même, il saura ainsi mettre des limites, se protéger et prendre les mesures nécessaires si son environnement au travail s’avère toxique pour lui. 

 

 

 

 

 

 

 

Faire une psychothérapie pour le Burn-out, à Paris 75009

Contactez-nous